• Bon, je dessine assez rarement, mais quand je dessine, ça donne ça...

    Ugo sans-jambe et son nounours Sans-draps

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Bon, on se l'accorde, ce n'est clairement pas du grand art, hein...

    En fait, de base, j'ai vu le gros nounours de mon frère, et j'avais mon carnet de dessins et mes crayons à côté de moi (pour une fois), et j'avais envie de dessiner (pour une fois), donc j'ai commencé à dessiner un mec qui fait un calin à son gros nounours, sauf que j'arrivais pas à faire les jambes (c'est étonnant, venant d'une dessinatrice aussi douée que moi ^^) et une amie, avec qui je parlais en même temps, par chat vocal, m'a dit "fais un zombie, alors, dessine-le sans jambes". Je l'ai donc fais sans jambes, puis j'ai fais les traces de sang de son corps, mais comme je voulais pas les faire jusqu'au bout de la page, j'ai dessiné les jambes au bout de la trainée de sang.... Enfin bref, du coup je l'ai appelé "Ugo sans-jambes", et son doudou, "Sandra" et je me suis rendue compte en l'écrivant que "Sandra donnait le jeu de mots "sans-drap"... J'ai donc rajouté le drap de Sandra dans le coin x)

    Magnifique histoire, n'est-ce pas ?


    2 commentaires
  • Ici, je vais vous raconter l'histoire d'amour touchante entre une patate et une petite frite...

            

     

             Musique d'ambiance

     

     

     

     

     

         Il était une fois, une patate... moyenne... Elle était de taille moyenne, de poids moyen, même sa beauté était moyenne. Elle était issue d'une grande famille. Dans cette famille, tout le monde faisait attention à tout le monde, et quand une patate avait un problème, tout le monde le savait et l'aidait à s'en sortir.

         Mais bon, revenons à notre patate... Un jour, elle alla rendre visita à une de ses tante, qui avait été mise en vente dans un super-marché. Ce n'était pas le grand luxe, bien sûr, ça ne vaut pas le magasin bio, mais c'était une position plutôt honorable, pour une patate. Et donc, Patate, en cherchant le rayon fruits et légumes, s'est perdue. Il faut dire que ce n'est pas très facile, pour une petite patate comme elle de se retrouver dans un si grand magasin fait pour des humains. La solanacée débarqua donc dans le coin des surgelés, sans savoir où elle se trouvait. Elle regarda autour d'elle, pour essayer de se retrouver, et son regard se posa sur... l'être le plus magnifique qu'elle n'avait jamais vu. Cette beauté alimentaire... Comment la décrire... Son corps était long et fin, enveloppé d'une fine couche de vêtement. Son visage était dessiné par des traits d'une pureté infinie. Des lèvres, pulpeuses, mais qui gardaient juste la finesse nécessaire. Des petites pommettes plates légèrement rougies par le froid du frigo. Et des yeux, ces yeux, au nom de La Toute Grande Patate étaient les yeux les plus parfaits que Patate eût jamais vu. Vous l'aurez compris, Patate fût une des nombreuses victimes du si célèbre Coup de Foudre. Et la responsable de tout ça, c'était une petite frite. Mais quelle petite frite !! Et devinez quoi ? Cette petite frite tomba aussi sous le charme de notre chère Patate. Cette dernière, possédée pas le démon de l'Amour, sauta dans le frigo au moment pile où un humain la refermait. Elle déchira le paquet de plastique dans lequel l'élue de son cœur était emprisonnée. Et elle s'enfuirent toutes deux du magasin pour pouvoir vivre pleinement leur amour.

         Seulement, la jeune pomme de terre, sous le coup de l'émotion en avait totalement oublié sa tante, et sa famille l'apprit très vie. S'en suivit un interrogatoire de la part des parents inquiets, et Patate, ne pouvant leur mentir, leur expliqua qu'elle était tombée follement amoureuse... Monsieur et Madame Patate furent d'abord rassurés, puis ému avant d'être profondément choqués et déçu en apprenant que leur belle-fille était une frite. Vous n'imaginez pas la honte, pour des parents pommes de terre, de voir leur enfant dans les bras d'une frite, aussi belle soit-elle. Ils tentèrent, au début, de le cacher au reste de la famille, mais chez eux, les secrets ne restent jamais secrets très longtemps... Patate, attristée comme elle ne l'avait jamais été, mais ne pouvant retenir sa passion ardente pour son amour du jour (et de la nuit aussi), quitta le champs familial pour aller s'installer dans un petit potager douillet avec sa petite frite.

         Heureusement pour elle, après un certain temps, ses parents, proches comme lointains, ont finit par comprendre que l'amour de leur fille était incontestable, et que la différence ne devait pas être sujet de honte.

         Ainsi donc se termine l'histoire poignante de Patate et de sa petite frite (elles vécurent heureuses et eurent beaucoup d'enfants, bien sûr)

    Tante Ginette, elle, n'avait pas eu la chance d'avoir une si belle fin, mais ça, c'est une autre histoire ;)

    Bonne nuit, les enfants... Non, l'histoire de tante Ginette sera pour demain, là, vous devez dormir *père Castor remonte la couverture sous le menton de tous ses enfants et les embrasse un à un sur le front*

     

     


    14 commentaires
  • Je viens de regarder un film avec ma famille (petit film du samedi soir en famille, oui oui), et j'ai vraiment apprécié, donc je fais une petite critique pour pas piquer des hannetons...

    Le titre de ce film est donc Le Correspondant. C'est un film français dans lequel joue Jimmy Labeeu... Je vous mets la bande-annonce directement, parce que je suis un caca de pigeon pour faire des résumés et parce que j'ai la flemme d'en écrire un.

     

    Donc, mon avis sur le film, en arguments :

    Déjà, le film est moderne dans un sens que j'apprécie (pour mon côté féministe). Principalement à travers les parents, donc le rôle à clairement été inversé: le père est homme au foyer et la femme passe ses journées au boulot à négocier avec des chinois. J'aime vraiment le concept, parce qu'ils ont vraiment pris deux parents types, qui ont des disputes types, sauf qu'ils ont mis l'homme dans le rôle de la mère et la femme dans le rôle du père... On peut vraiment, pendant tout le film, imaginer un homme qui dit les répliques et la mère et une femme qui dit les répliques du père.

    Ensuite, l'histoire en elle-même est relativement clichée, mais ça passe clean entre ce que j'ai énoncé précédemment et quelques répliques drôles qui font référence "aux jeunes de nos jours" dites par Milo, le personnage principal.

    Enfin, on rigole bien tout le film durant, et le film respecte bien son genre (comédie), sans non plus tomber dans le grotesque, on garde quand même la réflexion derrière.

    Pour conclure, je vous conseille de regarder ce film quand vous avez tu temps à tuer, le soir en famille ou entre ami, ou même seul, pour se détendre. Ca fait particulièrement du bien à regarder quand on est féministe.

     

    Voilà, j'espère que, si vous décidez de le regarder, vous apprécierez :3

    Bonne journée/matinée/après-midi/nuit

     

     

     

     

     P.S.: En plus il y a un bisous gay dedans ;) 

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique